Ma vision d’un Canada idéal!

15 11 2012

 

Quel plaisir ce fut pour moi d’avoir été invité comme conférencier de clôture lors de votre AGA qui a lieu à Montréal le 27 octobre dernier!

Comme je vous ai dit, j’ai une vision d’un Canada idéal : un Canada où tous nos citoyens parlent nos deux langues officielles. Un jour, notre majorité ne sera ni anglophone ni francophone, mais bilingue Fr/En. Ce blogue vous informera davantage sur cette vision.

Fait #1 : Il n’y a aucune raison pour laquelle chaque citoyen canadien ne soit pas bilingue. Les bénéfices de l’apprentissage d’une deuxième langue sont trop bons!

Fait #2 : Le nombre de Canadiens bilingues ne diminuera pas au fil du temps!

Conclusion : Il y aura un jour la majorité dont je parle, qui ne sera ni anglophone, ni francophone, mais bilingue.

Mais comment est-ce qu’on s’y rend?

D’abord, cela débute par les parents informés qui maximiseront le nombre d’élèves dans les écoles d’immersion (on compte sur Canadian Parents for French,  CPF). Mais si un parent n’est pas informé, il n’est pas trop tard pour que son enfant apprenne le français!

Ensuite, les professeurs qualifiés contribueront à l’accroissement du nombre de jeunes étudiants dans les cours d’immersion ou les cours de français de base jusqu’à la fin de leurs études secondaires (on compte sur l’ACPI et CASLT). Mais si un étudiant abandonne ses cours de français avant la fin de son secondaire, il n’est toujours pas trop tard pour apprendre le français!

Maintenant, même si on réussit à obtenir un taux de rétention de 100% des étudiants jusqu’à la fin de la 12e année, on ne sera pas en mesure d’atteindre un Canada idéal si les jeunes ne savent pas où aller avec leur français après avoir fini le secondaire.

Donc troisièmement, il faut augmenter le nombre de jeunes adultes qui prendront avantage des opportunités postsecondaires en français (Canadian Youth for French, CYF, est venu nous aider avec cela). Et si un jeune adulte n’a pas appris le français avant de finir ses expériences postsecondaire, bien c’est trop tard! Just kidding! Il n’est jamais trop tard!

Finalement, il faut créer des espaces bilingues. Je ne comprends pas assez la réalité d’aujourd’hui pour vous dire comment on fera cela, mais je voulais inclure ce point pour que vous voyiez l’ensemble de notre processus. Si un jour on veut être citoyens d’un Canada idéal, il ne faut pas oublier qu’il y a quatre étapes!

Cela fait plus de 35 ans que l’ACPI, CASLT et CPF existent donc, on pourrait dire que les deux premières étapes sont déjà bien franchies. On pourrait peut-être augmenter les chiffres un peu, mais sans un organisme qui se spécialise dans les opportunités postsecondaire en français, nous n’atteindrons jamais notre idéal canadien.

Canadian Youth for French est arrivé sur la scène afin de passer à la 3e étape et on est certain que nos réussites feront en sorte que vous allez voir votre taux de rétention augmenter au cours des prochaines années.

Il y a toujours un ou deux ans de développement à faire au sein de l’organisation, mais quand on vous appellera, j’espère bien compter sur votre soutien! Ensemble on réalisera notre Canada idéal! On y arrivera!

Pour conclure, j’aimerais simplement vous rappeler les deux faits suivants:

  1. Il n’est jamais trop tard pour apprendre une deuxième langue!
  2. Comme professeurs, encouragez vos élèves à trouver l’environnement postsecondaire qui leur permettra de réaliser leur potentiel. Si vous pensez que cet environnement peut inclure le français, bien, envoyez-les chez CYF puis on s’en occupera !

Justin Morrow
Fondateur de Canadian Youth for French

P.-S. Je me présente aux élections du conseil d’administration du Centre de la francophonie des Amériques (CFA). Si vous êtes déjà membre, je vous invite à aller voter pour moi à partir du 16 novembre et sinon, allez-y quand même pour vous renseigner sur les activités du Centre :

http://www.francophoniedesameriques.com/fr/centre/elections.html

 

 

Publicités

Actions

Information

One response

18 12 2012
Claudine

Bonjour Justin,

J’aime beaucoup ta vision d’un Canada bilingue. Aurais-tu un exemple personnel à partager qui pourrait illustrer comment la connaissance du français comme langue seconde ou d’une autre langue peut transformer la vie de quelqu’un?
De mon côté, la connaissance du français m’a fait vivre des expériences extraordinaires lors d’un voyage au Laos et au Vietnam que je n’aurais jamais vécues si je n’avais pas parlé français. J’ai rencontré des gens de la place qui m’ont invitée chez eux. Parler français m’a permis de rentrer dans leur intimité et partager avec eux leur culture de façon unique. Je me suis sentie très privilégiée à ce moment et fière de parler français.

Claudine

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :